Les fondamentaux de l’aménagement cyclable

Une ville cyclable est une ville où les enfants vont à vélo à l’école, sans leurs parents. Pour atteindre cet objec­tif, il existe quatre types d’aménagements cyclables à choi­sir en fonc­tion de la den­si­té du tra­fic auto­mo­bile expri­mé en véhicules/jour et de la vitesse de cir­cu­la­tion en kilomètres/heure.

Les 4 types d’aménagements cyclables

  1. La zone 30. Appli­cable dans les zones rési­den­tielles et les centres urbains denses, la limi­ta­tion à 30km/h et le faible tra­fic, infé­rieur à 2000 véhicule/jour, per­mettent le par­tage des usages sans amé­na­ge­ment spé­ci­fique. Il convient de dévier le tra­fic de tran­sit de ces zones, réser­vées à la cir­cu­la­tion rési­den­tielle.
  2. Les voies de faible tran­sit à 50km/h, fré­quen­tés par moins de 10000 véhicules/jour. Le dif­fé­ren­tiel de vitesse impose la sépa­ra­tion des tra­fics cycliste et auto­mo­bile, une bande cyclable suf­fit.
  3. Les voies de fort tran­sit à 50 km/h, fré­quen­tées par plus de 10000 véhicules/jour. La cir­cu­la­tion cycliste est sépa­rée par un obs­tacle de la cir­cu­la­tion auto­mo­bile, c’est une piste cyclable.
  4. Les liai­sons péri­ur­baines, où la vitesse est supé­rieure à 50km/h. Les voies-vertes, en site propre, per­mettent de réa­li­ser des dépla­ce­ments de longue dis­tances, hors des zones urbaines.

Un schéma permet de choisir l’infrastructure adaptée :

Il n’existe pas d’autre type d’aménagement, le plan de cir­cu­la­tion d’une ville doit clai­re­ment hié­rar­chi­ser les voi­ries.

La hiérarchie des voiries

Hié­rar­chi­ser les voi­ries est une stra­té­gie du plan de cir­cu­la­tion qui consiste à limi­ter le tra­fic de tran­sit à quelques grands axes. Par son plan en damier, l’exemple des « super­illes » de Bar­ce­lone est facile à com­prendre :

Cela per­met de réduire le nombre et le coût des amé­na­ge­ments cyclables et rend la ville plus lisible et plus uti­li­sable par l’ensemble de ses habi­tants.

Sur le ter­ri­toire de Saint-Étienne Métro­pole, cette hié­rar­chie des voi­ries n’est pas clai­re­ment iden­ti­fiée.

Pour mettre en place un plan vélo effi­cace, les 4 types d’aménagements devront être déployés sur l’ensemble du ter­ri­toire de Saint-Étienne Métro­pole. Aujourd’hui les zones 30 sont limi­tées aux hyper-centres des com­munes de l’agglomération. Nous nous pri­vons ain­si d’un outil majeur et nous per­dons trop d’énergie dans les détails d’aménagements d’itinéraires dis­con­ti­nus, là où ils ne sont pas for­cé­ment néces­saires.

Au contraire, en pas­sant l’ensemble de la Métro­pole à 30km/h, le par­tage de la voi­rie serait géné­ra­li­sé, nous pour­rons concen­trer notre atten­tion sur les détails des amé­na­ge­ments sépa­rés, réser­vés aux grands bou­le­vards.

Bref, Saint-Étienne Métro­pole peut deve­nir beau­coup plus agréable et durable en géné­ra­li­sant les limites à 30km/h à toutes les zones rési­den­tielles et en cla­ri­fiant son plan de cir­cu­la­tion.