Intervention au SCOT Sud-Loire

Mar­di 27 novembre 2018 deux membres d’O­ci­vé­lo étaient présent·es à la réunion publique, de concer­ta­tion, orga­ni­sée à la Mai­son de la Com­mune de Feurs, autour du Sché­ma de Cohé­rence Ter­ri­to­riale (SCOT).

Ce docu­ment pré­pare l’a­ve­nir en matière d’ur­ba­nisme, d’ha­bi­tat, de déve­lop­pe­ment éco­no­mique, d’é­qui­pe­ments publics, de trans­ports, d’im­plan­ta­tions com­mer­ciales et d’en­vi­ron­ne­ment, pour les dix pro­chaines années.

Bâtiment, colonne, fenêtre, trottoir, barrière, rue, habitation en arrière-plan sur un jour de beau temps avec une lumière prononcée.
Mai­son de la com­mune de Feurs, pho­to F. Per­rot

Le péri­mètre du SCOT Sud-Loire est consti­tué de Saint-Étienne Métro­pole (SÉM), Loire-Forez Agglo­mé­ra­tion, et des com­mu­nau­tés de com­munes Forez-Est et des Monts du Pilat. Cela repré­sente 589 248 habitant·es sur 199 com­munes. Six élus repré­sen­taient le Comi­té syn­di­cal du SCOT : MM Patrick ROMESTAING, Syl­vain DARDOUILLER, Jean-Pierre BERGER, Alain BERTHEAS, Gilles THIZY, Jean-Michel MERLE. Ils étaient accom­pa­gnés de Madame Valé­rie DEVRIEUX, direc­trice du SCOT. Une pré­sen­ta­tion glo­bale des objec­tifs de ce docu­ment a ouvert la soi­rée. Il nous a sem­blé que les orien­ta­tions rete­nues étaient sur­an­nées, en ce qu’elles ne consi­dé­raient pas suf­fi­sam­ment l’ur­gence cli­ma­tique, mais fai­saient la part belle au déve­lop­pe­ment éco­no­mique.

Lorsque la parole fut don­née à la salle, nous avons pro­non­cé la décla­ra­tion sui­vante :

« Mes­dames, Mes­sieurs, mer­ci de nous don­ner la parole.

Nous, citoyen·nes, sou­hai­tons, au tra­vers d’as­so­cia­tions telles que le Col­lec­tif de Tran­si­tion Citoyenne, être sollicité·es pour PARTICIPER AUX TRAVAUX d’é­la­bo­ra­tion du SCOT.

Il ne s’a­git pas d’ô­ter une quel­conque légi­ti­mi­té aux ser­vices admi­nis­tra­tifs com­pé­tents, encore moins aux élu·es qui les dirigent, issus de votes démo­cra­tiques. Au contraire, com­pre­nez-moi bien ! Il s’a­git de construire ENSEMBLE le ter­ri­toire où nous vivons.

Le temps des registres de consul­ta­tion vides, des abs­ten­tions et de l’i­nac­tion est révo­lu et pour­rait mettre en péril votre séré­ni­té. Les dos­siers fice­lés où les déci­sions se prennent préa­la­ble­ment aux consul­ta­tions et aux enquêtes publiques sont les mani­fes­ta­tions de pro­ces­sus démo­cra­tiques ratés qui laissent le champ libre aux extrêmes. J’es­père qu’il est inutile de vous démon­trer qu’en­vi­ron­ne­ment, social et éco­no­mie sont indis­so­ciables d’une sou­te­na­bi­li­té qui est aujourd’­hui déjà mena­cée. Par exemple, com­ment jus­ti­fier que notre ter­ri­toire, ber­ceau de la bicy­clette, soit la risée du clas­se­ment des villes cyclables ? Oci­vé­lo, l’as­so­cia­tion des usa­gers du vélo à Saint-Étienne pro­pose un pro­jet de voies vertes de grande ampleur qui a rem­por­té le prix du Talent vélo du Club des villes et ter­ri­toires cyclables. N’est-il pas urgent de construire ces alter­na­tives à l’au­to­mo­bile ?

Aus­si, vous tous, déci­sion­naires, maîtres d’ou­vrages, avez le choix d’être les HÉROS d’une col­la­bo­ra­tion heu­reuse, réus­sie et pérenne, d’un ter­ri­toire qui sera cité en exemple, ou bien, les COUPABLES du malaise socié­tal dont l’am­pli­fi­ca­tion vous sera impu­tée défi­ni­ti­ve­ment. Les grandes ambi­tions s’a­li­mentent de la par­ti­ci­pa­tion du plus grand nombre.
Mer­ci. »

En réponse, les élus ont sou­hai­té que nous soyons identifié·es au sein de struc­tures repré­sen­ta­tives, et que nous lais­sions nos coor­don­nées. Nous avons réité­ré notre regret de n’a­voir pas été invi­tés pour par­ti­ci­per à cette réunion.

Ils nous ont éga­le­ment averti·es sur les dif­fé­rentes échelles qui par­ti­cipent aux amé­na­ge­ments, comme par exemple les Éta­blis­se­ments publics de coopé­ra­tion i

nter­com­mu­nale. Une stra­té­gie, qui nous est appa­rue, « d’é­vi­te­ment » pour que le SCOT n’ins­crive pas dans ses objec­tifs des trames cyclables. D’ailleurs, les Scots pré­cé­dents n’a­vaient aucun pro­jet de déve­lop­pe­ment cyclable et la pré­sen­ta­tion d’ou­ver­ture n’a pas mis en évi­dence de résul­tats concrets.

Nous avons objec­té à l’am­bi­tion de vitesse et com­pé­ti­ti­vi­té accrues, la réa­li­té rap­por­tée à l’é­chelle des indi­vi­dus qui espèrent trou­ver des espaces pour ralen­tir le rythme des tech­no­lo­gies auquel ils sont confron­tés au quo­ti­dien.  Enfin, il a été rap­pe­lé que les inter­pel­la­tions et ques­tion­ne­ments peuvent se faire tout au long de la pro­cé­dure sur leur site Inter­net.

Ami·es lecteurs·rices, soutenez le projet des Voies vertes métropolitaines (VVM) sur le formulaire de contact du www.scot-sudloire.fr ou par courriel : accueil@scot-sudloire.fr !

 

Cycla­bi­li­té
Mai­son de la com­mune de Feurs Carte