Balade « femmes & filles » avec des « si »

Depuis que l’as­so­cia­tion compte des femmes dans son conseil d’ad­mi­nis­tra­tion, les dis­cus­sions autour de la pré­sence de femmes à l’a­te­lier et autres débats fémi­nistes vont bon train. Nous vous pro­po­sions une balade same­di 13 mars 2021 pour laquelle vous aviez cinq bonnes rai­sons de prendre votre vélo.

Et si le vélo :

  1. N’était pas seule­ment un truc de « mecs » ?
  2. N’était pas qu’une acti­vi­té pour spor­tifs bien entrainés ?
  3. Était un ins­tru­ment de liberté ? 
  4. Était notre atout sécurité ?
  5. Était un moyen d’émancipation et d’économie ?

Parce que :

  1. Aujourd’hui, 1/3 des cyclistes sont des femmes, mal­gré la hausse de 40 % de la pra­tique du vélo entre 2013 et 2018. 47 % des hommes ont appris à faire du vélo avant l’âge de 6 ans contre 40 % des femmes. 61 % des hommes ont un vélo, contre 49 % de femmes. Les femmes pra­tiquent plus la marche à pied et moins le vélo que les hommes. Elles sont plus char­gées dans leurs dépla­ce­ments et sont encore à réa­li­ser ¾ des acti­vi­tés domes­tiques comme accom­pa­gner les enfants et les per­sonnes âgées et à faire les courses (donc des iti­né­raires plus mor­ce­lés, moins adap­tés au vélo) – Chiffres CNRS ou du géo­graphe Yves Raibaud Bordeaux Métropole. 
  2. Il est pos­sible de péda­ler sans trans­pi­rer, sans odeur de suée et avec des habits de ville élé­gants, notam­ment grâce aux Vélos à assis­tance élec­trique ou aus­si à des tenues adé­quates (voir les bien­faits de la laine contre la trans­pi­ra­tion). Il est pos­sible d’apprendre à être plus à l’aise à vélo (vélo-école) et à répa­rer une cre­vai­son ou régler un dérailleur (cf ate­liers d’auto-réparation).
  3. Aujourd’hui, les femmes disent pré­fé­rer le vélo le soir (cf. sta­tis­tiques d’utilisation des vélos en libre-service), pour être plus libres face aux horaires plus aléa­toires des trans­ports en commun.
  4. Aujourd’hui, les femmes se sentent plus en sécu­ri­té le soir, à vélo, qu’à pied : moins de risque de har­cè­le­ment gra­ve­leux, moins de risques d’agressions physiques.
  5. Aujourd’hui, le vélo peut être un moyen de dépla­ce­ment plus éco­nome, il faci­lite les dépla­ce­ments des femmes dans les familles avec une seule voiture.

À nos vélos, citoyen·nes !

Profitez de l’événement pour venir en compagnie de vos copines, vos sœurs, vos mères ; mais aussi vos frères, copains, vos enfants, etc.

« Femmes & filles » seront en début de cor­tège, les gar­çons sui­vront. Durant le par­cours, nous vous pro­po­se­rons une sorte de hap­pe­ning et un moment de pause en ambiance. Le par­cours ne dépas­se­ra pas le pla­teau du centre ville et sera sans mon­tée sur les col­lines. Retour pré­vu place de l’hô­tel de ville une heure après.

Plus d’informations ?

À ce lien, le texte lu lors de la balade et à celui-ci, un hom­mage aux femmes pion­nières, cyclistes et résistantes.

Ci-après la balade passée « Femmes & filles » en images

Rendez-vous devant la Mairie de Saint-Étienne. Sur votre bicy­clette, venez fêter la Journée inter­na­tio­nale des femmes. Montrons que l’on peut faire du vélo en tenue de ville (exit les tenues sportives).

Samedi 13 mars 2021 à 16h

Notre balade « Femmes & filles » de ce same­di 13 mars fut un très beau moment joyeux et col­lec­ti­ve­ment partagé :

  • Nombreuses femmes habillées élé­gam­ment pour cas­ser les cli­chés sur les tenues mou­lantes et fluos des spor­tifs , nom­breux enfants sur porte bébés ou en vélos auto­nomes, et des hommes tout autant moti­vés par cette jour­née en hom­mage à la Journée Mondiale des Droits des Femmes.
  • Un par­cours acces­sible à tous, notam­ment les enfants, qui a emprun­té une dizaine de rues aux noms de femmes vision­naires ou résistantes.
  • Le bap­tême de deux rues avec deux noms de femmes cyclistes :

- Marie MARWINGT, femme intré­pide, avia­trice, alpi­niste, nageuse, cycliste, … Son nom figu­re­rait dans le cadastre sté­pha­nois, mais sans nom de rue réelle !
- Morgane ROLLAND, une cycliste de 22 ans, fau­chée en 2019 par un trac­teur sur une route de Vauchette.

  • Le cor­tège, d’en­vi­ron 80 cyclistes, était bien remar­qué par les pas­sants, car il s’é­ta­lait sur une belle lon­gueur de la chaussée.
  • Les femmes pré­sentes à cette balade, ont expri­mé clai­re­ment leur envie d’autres balades  » Femmes et filles » dans les mois à venir.
  • Une belle syner­gie entre des moti­va­tions pour une ville sécure et agréable à vivre , avec des espaces publics adap­tés à TOUS les usa­gers, por­tée par une aspi­ra­tion que les femmes soient aus­si plus pré­sentes dans l’es­pace public urbain.

Ci-après la gale­rie pho­to de ce same­di 13 mars.


 

 

Événements
Place de l’Hôtel de Ville, St-Étienne  Carte