Retransmission de la conférence Tatou Juste

Veuillez trou­ver ci-après la retrans­mis­sion de la visio-conférence Quel « sys­tème vélo » pour la métro­pole sté­pha­noise ? table ronde dans le cadre du salon Tatou Juste avec des per­son­na­li­tés recon­nues telles que Frédéric HÉRAN, Étienne HOLEF ou Anne FAURE.

Pour la mise en place d’un « système vélo » au sein d’une agglomération telle que celle de Saint-Étienne Métropole

Frédéric HÉRAN a pré­sen­té la néces­si­té d’in­té­grer non seule­ment la dimen­sion tech­nique, les infra­struc­tures, mais éga­le­ment la dimen­sion humaine, en par­ti­cu­lier la for­ma­tion des dif­fé­rents usa­gers de la voi­rie. Étienne HOLEF a, quant à lui, pré­sen­té l’ur­gence de prendre en compte une hié­rar­chie entre les besoins de ces dif­fé­rents usa­gers en prio­ri­sant les plus vul­né­rables, les pié­tons, puis les cyclistes, et ensuite seule­ment les trans­ports en com­mun. Il a rap­pe­lé que pour être effi­cace, un réseau cyclable devait être sûr, rapide, agréable, confor­table et lisible. Pour une telle mise en place, il ne suf­fit pas qu’il y ait un « Monsieur vélo » au niveau de la Métropole, mais une vraie « task force » (force opé­ra­tion­nelle), décli­née avec des cor­res­pon­dants vélos au niveau de chaque com­mune. De son côté, Anne FAURE a rap­pe­lé qu’il ne fal­lait pas oublier la place des pié­tons dans la mise en place d’un plan vélo.

Contrairement à ce qui avait été annon­cé, Gaël PERDRIAU (pré­sident de la métro­pole et maire de la ville de St-Étienne), a lais­sé la place au vice-président métro­po­li­tain en charge des trans­ports, Luc FRANÇOIS, maire de La-Grand-Croix.

Ce fût une confé­rence courte et expli­cite sur la dif­fi­cul­té des poli­tiques à recon­naître le retard de la Métropole sur les poli­tiques de Mobilité et d’Urbanité. Les dif­fi­cul­té à sor­tir du  » tout voi­ture « , à appré­cier l’en­semble des modes actifs pour un équi­libre équitable.

Le public a été par­ti­cu­liè­re­ment dyna­mique dans le chat de la confé­rence. En par­ti­cu­lier, la dan­ge­ro­si­té du par­cours pour rejoindre le Centre hos­pi­ta­lier uni­ver­si­taire à vélo a été sou­li­gnée, alors qu’il est le pre­mier employeur de la Loire, et que plu­sieurs per­son­nels soi­gnants s’y rendent à vélo. Des amé­na­ge­ments ont été deman­dés à Saint-Étienne Métropole (Sém) pour sécu­ri­ser leur par­cours. Les cyclistes fémi­nines ont été par­ti­cu­liè­re­ment actives dans le chat pour inter­pel­ler Luc FRANÇOIS et lui mon­trer que les mili­tants d’Ocivélo seront « dans sa roue » pour sur­veiller l’a­van­cée du plan vélo. Il a répon­du de façon hon­nête, en met­tant sur la table les freins qui s’op­posent encore à une prise en compte plus large du vélo à Sém.

Il a éga­le­ment été évo­quée l’i­dée de la relance du Plan de dépla­ce­ment urbain (PDU), qui n’a pas encore été votée par la Conférence des maires, mais qui semble indis­pen­sable pour accom­pa­gner l’am­bi­tieux Plan vélo pro­mis par les élus de l’agglomération.

Quel « sys­tème vélo » pour la métro­pole sté­pha­noise ? Table ronde en visio dans le cadre du salon Tatou Juste