Donnez votre avis sur le Plan climat de SÉM

Le vélo fait l’objet de deux actions programmées dans le plan 2019-2025 de la métropole de Saint-Étienne contre le réchauffement climatique :
• Créer les conditions favorables à la mobilité active dans les centralités de l’agglomération,
• Accompagner une voirie favorable à la Transition Énergétique et Écologique.

Une consultation publique est organisée pour recueillir les avis sur le projet du 1er au 30 septembre 2018. Voici ce que nous en pensons :

Cliquez pour agrandir

Sur le territoire de Saint-Étienne Métropole, les transports représentent le plus gros émetteur de gaz à effet de serre avec 40 % des émissions. Ces émissions continuent d’augmenter puisque la consommation de pétrole du secteur a augmenté de 27 % entre 1990 et 2015.

Le diagnostic est sans appel. Les objectifs ne sont pas atteints et nous suivons la pire des tendances de réchauffement, nous exposant à une augmentation des températures moyennes supérieure à 4°C en 2100.

Malgré 25 ans d’amélioration de l’efficacité des automobiles, ces émissions augmentent : les déplacements quotidiens sont de plus en plus nombreux et de plus en plus distants. Réduire les émissions, cela signifie nous déplacer moins vite, moins loin et moins souvent. Cet énorme défi, placé sous la double contrainte du pic pétrolier et du réchauffement climatique, sera relevé de gré ou de force. Il s’agit donc de mettre en place les solutions alternatives de manière massive et rapide.

S’il faut parier sur le véhicule du futur, misons sur le vélo, associé aux transports en commun électriques, train, tram, trolley, plutôt que sur les très onéreuses voitures individuelles électriques ou les hypothétiques véhicules à hydrogène ou autres hyperloop !

Le vélo n’est pas une solution si anodine. C’est le mode de transport le plus efficace en terme d’énergie dépensée par distance parcourue. Son usage n’émet aucun gaz à effet de serre et il est très économe en ressources naturelles. En plus, favorable à l’économie locale, le vélo permet de lutter contre l’étalement urbain. Une société qui adopte la solution vélo est bien plus résiliente que celle dominée par le transport automobile.

Les actions proposées par ce plan climat sont intéressantes mais insuffisantes. D’une part, comme l’indique le rapport du Shift Project, la solution vélo n’est pas limitée aux centralités urbaines et d’autre part, l’adaptation de la voirie au vélo est  inscrite dans la Loi sur l’Air et l’Usage Rationnel de l’Énergie depuis 1996 !

Au moment où l’État, pour la première fois, organise un plan financé annuellement, nous espérons a minima que la réalisation de ces actions favorisera un report modal significatif pour le vélo.

D’ici le 30 septembre, n’hésitez pas à lire le bilan et les stratégies de la métropole et à donner votre avis.