Mise en double-sens de la rue de la Richelandière : une future rupture de continuité cyclable ?

Nous avons décou­vert les pan­neaux d’information-travaux de voi­rie de Saint-Étienne Métropole au bas de la rue de la Richelandière.

Très bien­tôt, cir­cu­lez en voi­ture à double-sens dans la rue de la Richelandière.

Cette modi­fi­ca­tion de la cir­cu­la­tion répond à une demande du super­mar­ché Intermarché en construc­tion dans le parc Giron. La rue de la Richelandière est équi­pée d’une bande cyclable qui sera effa­cée pour lais­ser la place à deux voies de cir­cu­la­tion, face à l’é­cole mater­nelle Gaspard Monge.

Dans le cas où les amé­na­ge­ments cyclables seraient sup­pri­més, ou qu’au­cune solu­tion d’a­pai­se­ment de la cir­cu­la­tion ne serait ins­tal­lée,  l’as­so­cia­tion Ocivélo, qui n’a pas été concer­tée pour ce pro­jet, dénonce l’in­frac­tion à l’ar­ticle L 228–2 du code de l’environnement. 

En plus du pas­sage fré­quent de poids-lourds pour les livrai­sons du super­mar­ché, ce double-sens aug­men­te­rait le tra­fic de tran­sit dans la rue de la Richelandière, en créant un shunt rou­tier entre la rue de Terrenoire et le cours Mimard. Le quar­tier de Saint-François, et l’é­cole Gaspard Monge, ont-ils besoin de ces risques, de ce bruit et de cette pol­lu­tion supplémentaires ?

Pour mémoire, nous avions essuyé un refus cin­glant en 2016 de la Ville d’ins­tal­ler un double-sens cyclable sur le bas de la rue de la Richelandière, il y aurait donc de meilleurs argu­ments pour auto­ri­ser un double sens-automobile sur ce tronçon !

Des solu­tions tech­niques seraient pour­tant réa­li­sables, comme l’a­mé­na­ge­ment d’une chaus­sée à voie cen­trale bana­li­sée ou bien l’u­ti­li­sa­tion des voies internes entre l’ac­tuel super­mar­ché et le Parc Giron pour les livraisons.

L’association Ocivélo réitère sa demande auprès de la Ville de Saint-Étienne de reprendre le rythme de concer­ta­tion tri­mes­triel qui avait per­mis un tra­vail construc­tif avec l’ad­joint à la cir­cu­la­tion entre 2018 et 2020. Cette com­mis­sion voi­rie ne s’est pas réunie depuis le prin­temps 2020.

Si sou­cieux de son acces­si­bi­li­té auto­mo­bile, l’Intermarché du parc Giron s’inquiète-il de son acces­si­bi­li­té pié­tonne et cycliste ?  A‑t-il pré­vu d’ins­tal­ler des abris-vélos de bonne qua­li­té et en nombre suf­fi­sant ? Nous rap­pe­lons que les cyclistes sont d’ex­cel­lents clients du com­merce de proximité !