Au choix
 ↑  
Calendrier

Voyage en Suisse, à Martigny, Sion et Berne, organisé par Forum Eco Cité sur le thème :

« Ville 30 et centre ville apaisé »

6 et 7 Oct. 2014

Arrivée à la frontière à 8h45, (après un bouchon), nous sommes accueilli par Alain ROUILLER, ( Vice-Pdt de « Rue de l’Avenir » Suisse), qui nous a présenté l’organisation politique suisse, en mettant en évidence toutes les différences avec la France.

Il a insisté sur le poids des associations, ( beaucoup plus importantes et influentes qu’ en France), et qui sont à l’initiative de nombreuses lois et règlements, grâce au système de votation.

Exemple du pouvoir des Associations :

  • les assos suisses, ( en l’occurrence épaulées par les assos françaises) grâce à une importante campagne de communication (avec des arguments adaptés côté français et côté allemand), ont réussi à empêcher la construction d’une autoroute, qui aurait débouché, au bout du lac, sur une réserve naturelle.

  • Arrêt du nucléaire : suite aux pressions des associations, le gouvernement collégial de la Confédération ( 7 ministres), a décidé de stopper le nucléaire…. Les 4 femmes-ministres ont voté pour l’arrêt, les 3 hommes ont voté contre.

Ensuite chaque participant au voyage a présenté son activité, et sa motivation pour le voyage.

MARTIGNY : 17000 ha. 200 commerces – Grande zone de chalandisemartigny-place-centrale-smiley.jpg

Cette ville a re-qualifié son centre ville, (comme d’autres villes du canton de Vaud assez récemment), pour lutter contre l’attraction de SION, qui a été la première ville a re-qualifier totalement son centre ville.

CFF ( Chemin de Fer Suisse) : 1 train toutes les ½ heures entre Genève/Lausanne et le valais, cet horaire est cadencé toute l’année : l’important, ce n’est pas la vitesse des trains, mais l’attention portée aux correspondances, avec les autres trains, mais aussi avec la gare routière située sur la place de la gare. Cadencement véritable des TC : mêmes horaires que ce soit en semaine, week end ou jours fériés. Ainsi plus besoin de fiche horaire à déchiffrer.

La zone de rencontre de la place centrale est conçue avec un revêtement de pavés, ( assez luxueux), et des smileys accueillent les automobilistes avec sourire, ou avec tristesse, suivant qu’ils roulent à plus ou moins de 20Km.

.

.

martigny-placecentrale01.jpg

Dans la zone 30, la chaussée a été réduite à 4.50m.pour obliger les voitures à ralentir.

A certains endroits la chaussée est encore plus rétrécie par des plots, afin de provoquer une circulation alternative, avec croisements à vue, surtout à proximité des zones denses, (piscine + patinoire + gymnase). Toute la signalisation vélo est rouge, c’est aussi les trottoirs rouges qui signalent les zones 30 et « de rencontre ». Les projets en cours montrent que la ville va encore étendre ses zones 30.

Voie centrale banalisée (nouvel outil) : pas de marquage axial, 4m50 de chaussée avec bande cyclable matérialisée au sol et franchissable par les voitures.

martigny-zone30-gymnase.jpg martigny-signaletique02.jpg

Conclusion sur Martigny : il y a eu constance dans les projets, et la place centrale est devenue un centre commercial urbain. 

Présentation de Martigny sur le blog de Isabelle et le vélo : Martigny, une ville lente

==========================================================

SION :

Place de la Gare : Arrivée à la gare de Sion à 14h., la gare routière des « cars POSTAL » est juste à côté et les horaires sont affichés et coordonnés( trains-cars). L’ensemble des ces 2 gares est le pôle multimodal le plus important des Alpes Suisses.

La place devant la gare a été totalement réaménagée avec 4 abris vélos :

sion-gare-zr-abris-velo.jpg

La coordination trains-cars est faite grâce à des panneaux d’affichage électroniques qui donnent les horaires, et les quais, des trains et des cars.

Cette « zone de rencontre » démontre que ce type de zone n’est pas réservé aux hyper centres « bobo ». Le Valais est un canton très à droite et conservateur mais suffisamment libéral pour suivre l’avis de la population.

Le Centre ville :

Aux abords du centre on trouve de grands garages souterrains à l’entrée de la « zone de rencontre ».

Sur l’axe principal il y avait, avant, 12 000 véhicules jour, aujourd’hui 4000, plus une voie de bus.

Le 1er aménagement de Sion, a été la place du Midi, il a fallu 8 ans de procès et les opposants , (surtout les commerçants), ont perdu. Les travaux ont commencé en 2002 , cela a été la 1ère zone de rencontre de Suisse, et comme c’était la 1ère elle n’a pas été totalement réussie.

Néanmoins cela a été un succès phénoménal, les usagers ont plébiscité, et cela a commencé à renverser l’image de Sion qui avait la réputation d’une ville ennuyeuse.

Intervention du technicien de la ville de Sion Monsieur  ???

« La ville a reçu le prix Wacker, (prix de la protection du patrimoine) en 2013, pour la qualité de ces espaces publics.

Le nombre d’habitants en centre ville augmente régulièrement, cela se traduit par le maintien des commerces anciens qui ont disparu dans la plupart des autres villes.

La municipalité aide ces petits commerces et artisans pour qu’ils ne soient pas tentés de vendre aux grandes chaînes de textile et de chaussures ».

L’organisation des accès périphériques démontre que les gens sont prêts à marcher 5 à 600m. si le cadre est agréable.

Un grand parking qui servait aux « pendulaires » a été transformé en une grande et belle place, à la suite de la mise en place et de l’extension du réseau « cars Postal »

La zone de rencontre : elle grignote petit à petit la ville 30, à la demande des commerçants, alors qu’il n’y a pas la possibilité de stationner dans ces zones partagées.

sion-zone-rencontre-porte.jpg

Conclusion sur Sion : Volonté politique pour re-qualifier le centre ville, (ils ont été les premiers), avec priorité dans les budgets, confirmée par le 1er succès de la Place du Midi.

Il faut noter que ces 2 projets, ( Martigny et Sion), ont été réalisés par des majorités de droite…. Amusant quand on pense à l’actualité stéphanoise.

==========================================================

BERNE : Nous sommes accueillis par M. 

130 000 habitants, agglomération 300 000 habitants - 50 % des habitants non motorisés

Place de la gare : avant il y avait 22 à 24 000 véhicules jour, avec le réaménagement et le développement des transports en commun, il n’y en a plus que 16 000. Un avant projet en cours, prévoit de nouvelles transformations en zone 30, qui permettrait de réduire à 12 000 véhicules jour. Une votation populaire a eu lieu pour cet aménagement.

En périphérie, l’accès à la ville est limité par un système de dosage avec des feux rouges équipés d’ordinateur qui comptent les véhicules, et qui restent rouges plus longtemps quand le trafic va atteindre un seuil de saturation.

Notons quand même un report donc une augmentation de la circulation sur voies de transit extérieures (autoroute et communes avoisinantes)

Autour de la gare il y a 2 000 à 2 500 places de parking à vélos, d’où la construction d’un parking à vélos en sous-sol de 400 places. (à Saint-Etienne Chateaucreux il y a un abris de 8 places devant la gare. Sinon, il existe une consigne de 72 places réservées aux vélos des possesseurs de carte OURA moyennant un abonnement de 35 €/an ou 5 €/mois rarement occupées)

Station à vélos : Au sous sol de la gare, cette station à vélos a un taux d’occupation de 130% par rotation, avec des rangements de vélos sur 3 étages (le 3ème étage étant atteint par un mini ascenseur pour chaque place de vélo).

Un grand atelier permet de réparer les vélos, les employés étant du personnel en réinsertion, et ils vendent aussi des vélos neufs.

Coût du stationnement : 20 mn = gratuit, 1 jour = 1 CHF, 1 an = 150 CHF (soit 120€)…c’est un abonnement, les propriétaires étant fortement incités à ne pas laisser leur vélo en parking permanent.

Accès direct aux quais.

Sous-sol de la gare :

Très grosse impression de foule, (largement comparable à la gare Saint-Lazare à Paris).

Les gares sont aménagées de façon à être les plus grandes possibles car cela permet à l’état de vendre ou louer des bureaux et des commerces et de rentabiliser ainsi totalement, ou partiellement, les investissements, ( on trouve des exemples identiques à Berlin et au Japon).

C’est le service mobilité de la ville qui pilote ou oriente les ponts et chaussés… en France c’est le contraire. Conception intégrée de l’espace public ( TC, piéton, vélo, voiture). Recours au système de concours pour avoir des projets d’aménagements ambitieux et attractifs.

Une carte de pollution de l’air montre les progrès et la diminution de cette pollution.

r-bern-z30-01.jpg

Zones de rencontres « à la demande » : (Strasbourg est en train de copier)

Une telle zone est déclenchée à partir d’une simple demande de 50 % des habitants d’un quartier.

80 zones ont été ainsi réalisées à Berne (souvent seulement 2 ou 3 rues).

Budget annuel des ces zones à la demande : 150 000 CHF (cela permet de couvrir les 6 à 7 demandes / an pour une moyenne de 20 000 CHF par zone) Chaque demande est discutée et élaborée avec le service mobilité de la ville qui va convoquer tous les habitants du périmètre envisagé.

Beaucoup de rues à double sens, sont conçues de façon à ne pas pouvoir se croiser ; c’est une mesure qui ne coûte rien, il suffit de « changer ce que les gens ont dans la tête » et qu’il y ait la possibilité d’un « croisement à vue » (en zone de rencontre et même en zone 30).

Dans ces zones il n’y a plus d’accidents corporels, seulement de tôle froissée. Les aménagements sont simples ( panneau, marquage au sol, bacs à fleur, banc, panier de basket). Les habitants ont le choix entre ces aménagements.


 Une rue de 3m20 a été mise en double-sens alors que le minimum réglementaire est de 3m50 pour le passage des pompiers, mais les pompiers ont été d’accord car ils peuvent alors mordre sur le trottoir.

Des zones à forte circulation ont été progressivement réaménagées suite à diverses études qui font évoluer : présence de policier/puis feu rouge/ puis signalisation adaptée/puis réorientation de la circulation vers un tunnel qui sera financé par le Conseil Fédéral.
Certaines rues de transit ont été bouchées et tout le quartier est devenu une zone de desserte.

Vieille ville : (classée patrimoine UNESCO)

Elle est toute classée en zone de rencontre avec accès restreint et une signalétique particulièrement adaptée au piéton (concept qui est aussi très bien développé à Bâle ou « le piéton peut se diriger sans carte ») sous la forme de Totem d’information.

Quelques espaces marqués au sol permettent un parking-arrêt de 60 mn maxi.

Pour 1 000 à 1 200 CHF/an on peut stationner dans la rue (pour les habitants), …par très cher mais avant c’était gratuit et cela a fait parte de la négociation globale pour faire accepter la mise en « zone de rencontre » de toute la vieille ville.

Les livraisons sont autorisées jusqu’à 11h : à 11h la police vérifie le respect des règles.

Conclusion sur Berne : aménagements peu coûteux (à moduler cependant car report sur voie de transit extérieure) car faits de façon progressive, modeste et participative.

Ex de participation : pour éviter du goudron sur un chemin d’observation panoramique de la vieille ville les habitants ont pu acheter chacun un pavé avec leur nom écrit dessus.

Dans les zones de rencontre à la demande, les habitants peuvent choisir les aménagements parmi un choix de 5 à 6 propositions.

On note aussi un respect des règles avec un stationnement plus réglementé à partir de 11h du matin, et dans la vieille ville on a vu les policiers apparaître à 11h pile.

Banlieues de Berne : Wabern et Koniz

Elles font aussi référence au « Modèle Bernois » = Concertation, puis réalisation, puis évaluation, puis évaluation de la pollution qui doit être inférieure ou égale à la situation précédente. Idem pour le nombre de véhicules.

WABERN : Nous sommes accueillis par M. Fritz KOBI auteur du « Modèle Bernois », qui fait 1 à 2 visite d’explication / semaine.

Exemple d’une rue avec tram sans site propre en zone 30 :

Avant le tram tenait le milieu de la rue en site propre ; aujourd’hui ce n’est plus le cas sur 800M., ce qui oblige les véhicules à patienter quand le tram s’arrête, un feu rouge permet de temporiser jusqu’au redémarrage du tram.  Le feu au départ du site permet également au tram de démarrer avant les voitures.

Le changement s’est fait avec la population sur 4 ans, 1992-1996, 4 ans d’information auprès des habitants, commerçants puis proposition de 3 scénarii. Les habitants ont choisi le plus extrême. Une fois décidé le changement s’est fait en 5 semaines en travaillant 24h/24.

r-wabern-avant-inter-realise.jpg

Les 20 000 véhicules jour ont été maintenus et même un peu augmenté à 21/22 000 véhicules jour. Une fois décidé le changement s’est fait en 5 semaines en travaillant 24h/24.

Cela concerne 800m de la rue (il n’ y a que 2 arrêts sur cette longueur), et c’est sur cette distance que les voitures restent derrière le tram.

tram-wabern.png

Il y a un tram toute les 4 mn, et cela ne ralentit pas beaucoup puisque le tram redémarre assez vite et roule bien, car la voie est dégagée devant lui.

Le but de cet aménagement permet de minimiser les m2 immobilisés, et de laisser le maximum de place aux piétons et au cyclistes, qui sont beaucoup plus intéressants pour les commerçants. L'argent vient des piétons et non des automobilistes.

Les aménagements et réflexions ont lieu à l’occasion d’une nécessité de refaire la voie.

KONIZ 40 000 habitants

projet et réalisation d'une zone 30 sans passage piéton il y a 10 ans. Projet participatif avec concours.

Ils jouent beaucoup sur les dosages, avec des temps de feu rouge qui vont croissants au fur et à mesure que les heures de pointes avancent. Information sur le pourquoi de cet aménagement sur le portique de régulation.

Vu un cas de giratoire devant un grand hyper marché récent : d’un côté début zone 50, avec passage piétons, de l’autre côté zone 30, plus besoin de passage piétons. Share Space, video à voir sur You Tube. Recherche pour que la colonne de véhicule soit toujours en mouvement.

r-koniz-rond-point01.jpg

Bilan : moins 33% d’accidents, moins 45% de blessés, avec 5 fois plus de piétons depuis qu’il y a l’hyper marché.

Conclusion Canton de Berne :

L’office des ponts et chaussée est étonnamment novateur car il recherche en permanence l'information et la participation des habitants dans ses projets.

Merci à Joël pour ce descriptif de notre voyage et à toutes les participantes et participants

r-PA070830.jpg

Bibliographie :


Date de création : 16/10/2014 @ 11:47
Catégorie : Au choix - Documentation-FEC
Page lue 2691 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !