Au choix
 ↑  
Calendrier

La piste cyclable autoportée

Face à la faiblesse ou à l’absence d’aménagements cyclables dans nos villes motorisées, il fallait trouver une solution: la piste cyclable autoportée.

En novembre dernier, le mouvement basque Bizi! a décidé de se rendre à Biarritz aider les habitants à se déplacer sans leur voiture, pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre qui causent le réchauffement climatique de la planète.

Mais arrivé Place Clémenceau, quelle ne fut pas sa surprise de s’apercevoir qu’il n’y a aucun aménagement cyclable dans une ville qui se veut moderne et branchée comme Biarritz !!!

Aucune piste cyclable à Biarritz, contrairement à Bayonne et à Anglet, comment est-ce Dieu possible?

Qu’à cela ne tienne! Toujours pleine d’imagination et de malice, Bizi Kleta s’est immédiatement fabriqué une piste cyclable autoportée et a ainsi pu circuler avenue Edouard VII, entre le Casino et l’Hotel de Ville de Biarritz, puis dans le reste du centre de la ville, avant de rejoindre ainsi Anglet et Bayonne.

Retrouvez chaque jour les folles aventures de Bizi Kleta à Biarritz sur www.bizimugi.eu


Combien d’argent public est alloué à l’habitat automobile par rapport à l’habitat humain?

La ville de Salzbourg (Autriche) a utilisé l’ensemble du Staatsbrücke, un pont au centre de la ville, pour mettre en valeur la quantité d’espace requise par les différents modes de transport. Pour ce faire, 60 personnes ont réalisé une démonstration impressionnante montrant la quantité d’espace utilisée par les vélos, les bus, les piétons et les voitures.

C’est l’ingénieur autrichien Hermann Knoflacher qui avait inventé en 1975 la « Gehzeug« , ou « Marchemobile », pour permettre au piéton d’occuper l’espace que prend approximativement une voiture. Sa marchemobile est idéale pour protester contre la primauté accordée à l’automobile dans la ville, ou simplement pour se promener au milieu de la circulation.

Ces Marchemobiles ont été utilisées à Salzbourg en septembre 2009 pour souligner l’espace confisqué par les voitures et réclamer les mêmes droits en « espace » pour les êtres humains, à savoir les piétons.

Cette action destinée à sensibiliser le public aux questions de consommation d’espace par les différents modes de déplacement a permis d’engager un débat autour des questions suivantes:
Quelle quantité d’espace est allouée aux machines?
Quelle quantité d’espace est allouée aux êtres humains?
Combien d’argent public est alloué à l’habitat automobile par rapport à l’habitat humain?

Phase 1: Le pont vide

Phase 2: 60 cyclistes à vélo

Phase 3: 60 personnes prenant place dans un bus

Phase 4: 60 personnes assises comme dans leur automobile

Phase 5: 44 voitures et 16 marchemobiles

Source: http://www.andersreisen.net/2009/09/23/wieviel-platz-benotigen-60-menschen/


On dort comme on respire : une étude sur la pollution de l'air provenant des voitures ou de l'industrie est menée depuis 2 ans au CHU de Saint-Etienne

le 26.03.2010 04h00

Des volontaires sont recherchés par le service de neurophysiologie du CHU de Saint-Étienne pour une étude sur le lien entre pollution de l'air et sommeil

La pollution de l'air dans les habitations influence directement la qualité du sommeil. C'est ce qu'une étude médicale, débutée fin 2007 au CHU de Saint-Étienne, tente de démontrer.

La pollution étudiée est celle dégagée par la circulation automobile et l'industrie.

Ces microparticules sont si petites qu'elles traversent la barrière pulmonaire et arrivent jusqu'au sang. C'est par celui-ci qu'elles sont, ensuite, acheminées jusqu'au centre respiratoire. Et c'est là que commencent les dégâts, puisque cette pollution génère une apnée du sommeil. Ce qui signifie que la qualité du sommeil s'en ressent et que, dans la journée, les personnes sont de plus en plus fatiguées.

Pour achever cette étude selon tous les critères scientifiques, il manque quinze volontaires.

Les personnes recherchées peuvent être des hommes ou des femmes, voire des couples, doivent être âgées de plus de soixante ans et résider à proximité de grandes voies de circulation.

La première rencontre se déroule dans le service d'exploration fonctionnelle de l'Hôpital Nord. L'examen dure un petit quart d'heure. Ensuite, rendez-vous est donné au domicile. Là, une petite machine, de la grosseur d'une boîte de biscotte, est installée dans la chambre, « Elle est silencieuse », affirme Florian Chouchou, le doctorant qui mène ces travaux, sous la houlette du Dr Jean-Claude Barthélémy. Une autre machine, de la taille d'un radiateur, est positionnée dans la pièce. Il s'agit d'un dépollueur d'air.

La dernière manipulation consiste à positionner cinq capteurs sur la poitrine du patient pour mesurer son activité cardiaque. Une canule nasale va permettre de mesurer, cette fois, la respiration. Ces tests durent trois nuits.

Les personnes volontaires bénéficient d'un diagnostic de syndrome d'apnée du sommeil. Si la pathologie est avérée, un bilan complémentaire pourra être proposé par le service hospitalier selon la volonté du patient et avec l'accord de son médecin référent.

De la même manière, si des anomalies cardiaques sont dépistéeYvette Granges, un bilan complémentaire sera offert, toujours en collaboration avec le médecin de famille.

Les personnes qui souhaitent s'inscrire à cette étude et qui répondent aux critères, peuvent téléphoner dans le service au 04 77 82 83 00, du lundi au vendredi, avant 16 heures.

Pour cette participation, chaque volontaire perçoit la somme de 30 euros.

             Yvette Granger   le Progrès



Roanne : un piéton renversé sur un passage protégé
(Le Progrès 27/03/2010)


Saint-Jean-Bonnefonds : la voiture dans un stand de légumes  (Le Progrès 27/03/2010)


Sortie de route mortelle à Saint-Germain-Laprade (Le Progrès 27/03/2010)


 

 


Date de création : 27/03/2010 @ 15:23
Catégorie : Au choix - Doc en stock
Page lue 40 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !